AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Koyuki Sayuri

avatar


MessageSujet: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Lun 22 Juil - 20:16

Koyuki | Sayuri
        La Femme-Renarde | Que vois-tu ?

       


  • ▬ Âge : Quatre-Vingt Six ans.
  • ▬ Race : Akuma. ( Le  Yôkai de base est un Kitsune, et Koyuki n'est pas très loin de lui, deux ou trois générations. )
  • ▬ Organisation : Elle faisait partie de la Ligue Fukakuroi.   


     




Portrait Chinois.

▬ Regarde regarde moi, admire admire moi. Contemple mon corps parfait, mon visage angélique.

Koyuki ressemblait... Hé bien, Koyuki ressemblait à Koyuki. Il n'y avait réellement pas mieux pour la décrire, cette Akuma. Elle était si étrange, si différente du commun des humains.
Elle avait toujours été un peu plus grande que les autres filles de son âge, quand elle vivait encore dans la ville. Son corps avait toujours été plus développé que pour les filles humaines. À douze ans, elle avait déjà le physique d'une jeune fille de dix sept ans environ. À présent qu'elle avait arrêté de grandir et que son vieillissement avançait lentement, si ce n'était très lentement, elle ressemblait à une jeune femme de vingt-cinq ans à peu près. Son corps était harmonieux, quoique pourvu d'une poitrine un peu trop élevée par rapport à sa physionomie peut-être. Ses courbes étaient très généreuses, pour tout dire. Et elles s'accompagnaient de longues jambes fines, d'un ventre plat aux contours ciselés, relief musclé sur la peau nacrée, de bras terminés par des mains délicates aux doigts gracieux, et pour finir, d'un superbe visage impressionnant par son exotisme et sa rareté.
Il avait une jolie forme de cœur, mise en valeur par un cou gracile ni trop long ni trop court, et possédait des traits ravissants. Et encore, le mot était faible. Sa figure avait une expression un peu mystique, différente de n'importes quelles expressions que les humains pouvaient avoir. Il y avait, sur cette face, tant d'émotions qui passaient en même temps. Tant de sentiments qui se bousculaient les uns après les autres, laissant de traces résiduels sur leurs passages, se mêlant ainsi aux autres comme Koyuki n'avait pas pu le faire. Sa bouche était légèrement pulpeuse, avec une belle couleur rosée capable de faire éprouver un sentiment de désir chez à peu près n'importe qui - enfin, avec l'aide sa magie, bien entendu, quoique les humains les plus faibles se laissaient facilement avoir sans magie, mais bon. Les commissures de ces dernières n'étaient jamais relevées entièrement, sauf cas exceptionnel, comme en présence de Yôkai ou d'Akuma, et étaient généralement tirées dans un sourire tout aussi mystérieux que le visage auquel elles appartenaient.
Il y avait ensuite son nez adorable, peut-être un peu petit, mais avec un bout arrondi qui était  bien joli à voir, mais qui ne fallait pas admirer trop longtemps. En fait, c'était un peu comme une œuvre que, s'y on l'observait trop longtemps,  perdrait de sa valeur, de sa superbe. Ses joues étaient naturellement colorées d'un rose pâle tout à fait discret qui ne se remarquait pas vraiment, mais qui avait toutefois tout son charme. Ses pommettes hautes avaient un certain charme, et donnait à Koyuki une allure noble et respectée. Enfin, on pouvait voir ses deux yeux superbes et ambrés par où ne passait qu'une froideur étrangement exaltante. Et le fait qu'ils soient bien souvent plissés accentuait fortement l'expression séductrice mais intransigeante qu'elle dégageait dans son ensemble.
Et puis, il y avait aussi ses cheveux. Étrangement, ces derniers étaient réellement ordinaires, des cheveux tout à fait banals comme n'importe qui pouvait en avoir. Seulement, eux aussi étaient beaux, aussi beaux que le reste de sa personne. Car Koyuki était une femme fatale. Alors elle aimait avoir ses cheveux longs, lui caressant doucement sa taille de guêpe avant de s'éparpiller gracieusement sur ses hanches. Ils étaient noirs, d'un noir profond et envoûtant. Enfin, tout à fait communs, certes, mais pas tant que cela, au final. C'était bien vrai. Qui pouvait se vanter d'avoir deux oreilles de ce même noir ténébreux au sommet de son crâne, leur racine se mêlant à celles de ses cheveux. D'ailleurs, ses oreilles de renard n'étaient pas la seule particularité physique qu'elle avait hérité de son cher père : il y avait aussi ses neufs queues, blanches et douces, respirant la pureté immaculée de la neige. Ce fut sûrement pour cela que sa mère l'appela Koyuki, en fait. ( Koyuki signifie " Neige Légère " ) Qui n'avait pas envie de les caresser, elles et leur propriétaire si sculpturale ? Si inoubliable ?
Quant au style vestimentaire de l'Akuma, il était assez simple. Il ne se constituait que de jupes et de tuniques se mélangeant dans un feu d’artifice de rouge de blanc et d'or qui mettaient en valeur sa silhouette incroyable, dévoilant ses longues jambes et sa  poitrine imposante. Quand elle devait partir rejoindre les humains pour chercher des informations, elle enfilait une grande toge qui couvrait ses neufs queues mais qui laissait voir ses formes délicieuses et alléchantes. Lorsqu'elle était avec d'autres Yôkais et Akumas qu'elle affectionnait, elle aimait se tracer des moustaches à la manière des renards sur ses joues, pour rappeler son héritage dont elle ne connaissait rien. Elle se promenait souvent avec sa Sphère magique lorsqu'elle était dans son clan, à l'abri des regards humains.
} Fini.



Psyché.

▬ Qu'as-tu à me dire ? Possèdes-tu la moindre chose qui pourrait m'intéresser ? Réfléchis ,réfléchis bien. Parce que si ce n'est pas le cas, je partirais. Je te laisserais seul et jamais tu me verras.

Koyuki était une gentille avant. Elle était le genre qui sourit et qui rit pour faire plaisir, mais avec une note de sincérité au fond. Elle était de celle qui voulait tout faire pour être acceptée comme elle était, alors elle était de celle qui faisait tout ce qu'on lui disait de faire avec un grand sourire et de belles manières, de douces paroles polies et amicales. Elle était le genre de fille modèle, qu'on voudrait tous avoir comme fille plus tard. Elle avait toujours eu le mot qu'il fallait, les attentions nécessaires. On aurait pu croire qu'elle venait de la haute cour, en fait. Elle était si bien élevée ! Si adorable ! Si serviable ! Seulement, elle venait de nul part. Pas d'existence passée, pas de souvenirs antérieurs. Quand elle s'était réveillée dans la rue, elle était seule et perdue. Mais ça ne l'avait pas empêché de devenir cette gentille fille.
Pour autant, malgré tous ses efforts, elle ne fut jamais acceptée par les humains. D'ailleurs, à rester avec eux, elle mettait constamment sa vie en danger, les hommes du Clan Otoshi étant sans cesse à ses trousses. Alors elle fut bien obligée de quitter la ville où elle se trouvait, et elle s'enfuit dans une forêt assez éloignée, qui paraissait déserte à première vue. Elle y resta longtemps, et son comportement ne changea pas. Elle se persuada toute seule que là, elle ne gênerait personne, et que, par conséquence, elle serait tranquille. Mais, bien entendu, les choses ne se passèrent pas ainsi. De toute façon, c'était bien trop beau pour pouvoir être réel. Les humains étaient bien trop avides de domination et d'extermination de ceux qui ne leur ressemblaient pas, qui ne comprenaient pas, de ceux qui leurs étaient différents. Après un certain évènement, Koyuki réussit à s'en persuader.
La gentille petite fille adorable et mignonne à l'apparence parfaite se convainquit que tout cela était vain. Elle avait bien essayé pourtant, d'être normal, d'être comme les autres. Elle avait tenté de se fondre dans la masse. Mais elle n'y arrivait pas, elle ne pouvait le faire. Et pourquoi ? Parce que les humains étaient des êtres bornés et inutiles, seulement préoccupés par leur petite personne bien-aimée. À part eux et leur pouvoir, rien ne comptait à leurs yeux. Avant l'évènement, elle les aimait bien, elle voulait les égaler. Sauf que ce qui se passa la changea.  Adieu adieu gentil sourire à leur égard, adieu délicates attentions pour les amadouer.
Il n'y a pas plus dangereux que le sentiment de vengeance, sans oublier que c'est bien pire quand c'est une femme qui l'a. Malheureusement, dès ce jour-là, dès son deuxième réveil après sa fuite si douloureuse, si acharnée, elle avait en elle cette envie cruelle, qui la mangeait de l'intérieur. Rampant en elle comme un lézard rampe sur les murs, rapidement, discrètement, adorant la chaleur du soleil et fuyant dès qu'on l'approche. Elle se développa lentement mais sûrement, prenant chaque jour un peu plus d'ampleur.  Au final, elle devint un feu brûlant, véritable brasier dont les lumières rougeoyantes se diffusaient sur le reste de son âme.
En trouvant la Ligue Fukakuroi, elle sut ce qu'elle allait faire de sa vie. Lutter contre les humains, n'était-ce pas là le but de cette organisation ? Il n'y avait rien de mieux pour elle. Étant naturellement douée pour charmer - notamment grâce à son physique - elle pouvait réussir à extorquer n'importes quelles informations à n'importe qui. Il lui suffisait de battre des cils, d'agiter un peu sa main en remettant sa longue chevelure en place, faisant tressaillir sa voluptueuse poitrine par la même occasion, et le tour était joué. Stupides humains. Il n'y avait parmi eux que de mâles vicieux et pervers, prêts à faire beaucoup de choses pour voir entièrement le corps de Koyuki. Enfin, soyons réaliste. Si elle y avait aussi simplement, avec seulement quelques gestes, quelques sourires délicieux, c'était aussi grâce à sa Sphère, qui inculpait à la fois la tentation humaine, la peur et l’hypnotise.
Puis, avec ça, une froideur propre à elle, à la fois polie et distante, se dégageait petit à petit d'elle, se développant chaque jour un peu plus. Ses sourires sculpturaux, ses manières de dame, ses rires envoûtants. Tout devenait plus lointain, un peu comme un rêve qu'on tenterait de caresser, de frôler, d'effleurer avec nos doigts, mais bien trop haut, bien trop élevé pour que nous pussions l'atteindre. Et si fragile, si immaculé qu'on aurait bien trop peur de le briser, de le salir avec nos mains impropres, indignes d'elle. Telle était l'impression qu'elle donnait aux humains. Elle avait des manières distinguées, conduisant presque à la conclusion qu'elle était de haute naissance, comme lorsqu'elle était enfant. Ses gestes sont précis, de même que ses paroles acérées et directes, exécutés avec une grâce féline. Koyuki était le genre de femme intrigante comme on aime ainsi, fasciné par sa beauté exotique. Elle le savait et en profitait bien, à vrai dire. Mais elle était dotée d'atouts, et ne pas en prendre pleine mesure aurait été bien dommage. Alors elle faisait ce que tout le monde aurait fait si il avait été elle.
Mais avec les autres personnes de son espèce et les Yôkais, elle était différente. Elle se déridait un peu, ses lèvres reprenant un sourire plus sincère. Elle se traçait ds petites moustaches de renarde sur les joues pour rire et faire rire, pour se détendre. En fait, quand elle était avec ses semblables, tous rejetés comme elle, elle se sentait mieux. Elle redevait celle qu'elle était, il y avait longtemps, quoique pas entièrement non plus. Au fond, son âme avait toujours été un peu abîmée, souillée par sa haine pour les humains. Il y avait maintenant une certaine distance qu'elle gardait avec elle, par peur de s'attacher de nouveau à quelqu'un ou quelque chose qui lui fera regretter par la suite.
} En cours.



Raconte moi une histoire !

▬ Autrefois, je croyais sincèrement que je pouvais vivre tranquillement. Maintenant, je ne rêve que de ma vengeance.

Elle n'était ni bonne ni mauvaise, Koyuki. Elle était neutre, un peu indifférente à ce qu'il se passait hors de sa cachette. Le monde extérieure à sa vie ne l'intéressait pas vraiment ; alors elle s'enfermait dans sa solitude innocente et inutile, écoutant le matin les gazouillis joyeux des oiseaux qui allaient lui servir de repas prochainement et rêvant doucement, follement, d'un monde où elle était humaine. D'un autre univers, d'une autre vie. Où ses neufs queues n'existeraient pas, où elles n'auraient jamais vu le jour. Où ses oreilles noires, dressées fièrement sur sa tête, ne seraient pas non plus là. En fait, à cette époque-là, son seul désir était d'être humaine, d'être ordinaire. Elle voulait se fondre dans la masse, tranquillement, sûrement, devenir une personne parmi une foule d'autres personnes. Seulement, elle ne pouvait pas. Elle avait déjà tenté de rejoindre cette communauté humaine, mais elle en avait été refusée. Bien sûr, sinon, pourquoi s'exiler dans cette forêt abandonnée ? C'était une Akuma après tout, elle n'avait que ce qu'elle méritait. Alors elle le prit avec une grande lassitude, et beaucoup de regrets. « Dommage ». Ce fut tout ce qu'il lui vint à l'esprit. Dès ce rejet, elle avait continué à vivre dans sa cachette, éloignée de tous, sans leur parler, sans y prêter attention. Elle se contentait de les ignorer. Prenant donc du recul à partir de l'âge de quatorze ans, elle resta tranquille jusqu'à ses soixante-treize ans. Pendant ces cinquante-neuf années, elle eut la connaissance de sa magie, et apprit à l'apprivoiser, petit à petit.
Malheureusement pour elle, tout ne se passe pas forcément bien. En fait, étant une Akuma, les choses allaient rarement bien pour elle. Un jour parmi tant d'autres, morne à jouer avec sa magie, sans importance à se demander qui étaient ses parents qu'elle n'avait jamais connus, elle entendit un affreux brouhaha. Une plainte sourde et précipitée, tel le bruit des pas pressés sur le sol. Ils convergeaient vers Koyuki, et peu après, des voix se rajoutèrent à la mélodie bruyante qui emplissait désormais la forêt. Par la suite, tout fut flou pour l'Akuma. Elle ne souvint que du désordre de ses neuf queues qui s'emmêlèrent rapidement dans sa course folle, tandis qu'elle fuyait désespérément le Clan Otoshi. Il lui courait après, tentait de l’attraper. Il essayait de la faire disparaître, de la noyer dans l'oubli comme il l'avait fait avec tant d'autres Akumas. L'existence de ses derniers étaient considérées comme un blasphème, après tout. Koyuki ne se souvint pas exactement de ce qui se passa, mais la seule certitude qu'elle eut ce fut que sa confiance en les humains se brisa ce jour-là. Elle avait sottement cru que si elle les laissait tranquilles, ils en feraient de même avec elle. Mais ils ne étaient pas ainsi, ils étaient plus vicieux, cherchant toujours à exécuter ce qu'ils ne pouvaient comprendre, à mettre fin à la vie de pauvres Akumas qui n'avaient rien demandé sauf un peu de paix. Elle ne sut comment, mais elle réussit à échapper aux mains noires des humains qui ne lui voulaient que du mal.
Et par un nouveau mystère, elle se retrouva en ville. Comment avait-elle atterri ici ? Elle n'en avait aucunes idées, mais elle se savait en danger. Elle se trouva rapidement une grande étouffe qu'elle enroula autour de son corps, laissant les amples plis du vêtement couvrir ses neufs queues. En écoutant quelques ragots, en tendant l'oreille aux murmures prononcés dans les auberges, aux petites paroles échangées dans les rues, elle apprit qu'il existait une résistance au règne tyrannique des humains. Fukakuroi. Pendant de longues semaines, elle n'avait plus que ce mot en tête. Fukakuroi. Fukakuroi. Fukakuroi. Ce nom brûlait dans son esprit, aux côtés de la haine nouvelle qu'elle alimentait sans cesse, ressentant un si grand dégoût pour les humains. À leur simple vue, elle éprouvait une furieuse envie de vomir. Mais pourtant, elle se retenait. À la place, elle se transformait, adoptait une nouvelle facette de son être. Koyuki jouait de ses formes, de ses atouts féminins pour apprendre ce qu'elle souhaitait apprendre.Quand c'était fait, elle entraînait sa proie dans un coin, un si beau sourire aux lèvres. On n'entendait rien, mais c'était déjà fait : la victime était morte, seule, abandonnée, dans l'ombre. Sa vengeance, si froide et si vive à la fois, se rapprochait de celle des humains. Mais elle ne le savait pas, elle l'ignorait. Son âme si innocente avait été pervertie. Au final, ils auront réussi leur coup. Et l'auront raté en même temps. Ils l'avaient détruite, ne laissant plus que le mauvais d'elle-même. Parfois, lorsqu'elle était en compagnie de Yôkais et d'Akumas, elle redevait la jeune fille qu'elle avait toujours été, souriante et agréable. Pour autant, jamais elle ne sera la même.
Elle finit par apprendre l'endroit où se trouvait cette fameuse Révolte, Fukakuroi. Elle y entra avec une satisfaction mauvaise, et obtint un poste qui lui permettait de retourner en ville pour récolter des informations, ce qu'elle savait faire de mieux. C'était un peu dangereux, mais elle s'en fichait. Rien ne comptait plus que d'exterminer les humains.
} Fini.



Ta Force.

▬ Observe cette Sphère, regarde la comme tu me regardes. Laisse-toi emporter par sa magie. Tu la sens, n'est-ce pas ? Oublie-toi en elle.

La Force de Koyuki n'était autre qu'une simple sphère d'apparence étrange, qu'elle cachait rarement et qu'elle faisait bien souvent voler à ses côtés lorsqu'elle était en compagnie d'autres Akumas et d'autres Yôkais. Cette boule n'avait pas de couleur assignée, changeant au gré des humeurs de la jeune femme ; et il en était de même pas sa forme. En fait, pour ces deux critères, tout dépendait des intentions qui animait la propriétaire. Avait-elle envie de séduire quelqu'un ? Alors la Sphère prenait une couleur rose et sanguine, adoptant la forme d'un cœur pulsant une douce lumière rouge qui se déversait en ondes exaltantes sur la personne désirée. Avait-elle envie de faire croire un mensonge à quelqu'un ? Dans ce cas elle devenait jaune et se démultipliait en trois partie distinctes, de formes parfaitement rondes et tournoyait dans les airs, devant les yeux de la personne désirée. Avait-elle envie d'inspirer de la peur à quelqu'un ? Alors elle devenait une Sphère, bleue et étrangement joviale, qui diffusait des rayons bleutés, se répandant en des ombres belles et bien sinistres sur le sol.
Pour faire apparaitre la Sphère, il n'y avait pas non plus besoin qu'elle soit en activité. Elle pouvait très bien restée aux côtés de Koyuki sans exercer sa magie hypnotique. À la base, elle n'était rien. Juste une présence réconfortante et inconnue, qui donnait l'impression à l'Akuma qu'elle n'était pas seule, lors de ses années de solitude. Lorsqu'elle était apparue pour la première fois, elle s'était transformée en un simple rond du même type que la Sphère mais en légèrement plus petit et plus gracile, qui voletait sans cesse dans les airs, transperçant les airs de ses lueurs vertes. Cette boule était si inhabituelle, différente de n'importe quel objet possédant cette forme si ordinaire. Il y avait en elle, une aura, une réelle présence qui n'avait pas une consonance des plus agréables. Elle agissait seule, suivant les pensées de Koyuki à qui elle était connectée. Ce que voulait sa propriétaire, elle l'exécutait. Ayant vu le jour dans sa magie, elle se devait d'obéir aux ordres de sa créatrice. Pour qui elle ferait tout ce qu'elle lui dirait de faire.
Bien entendu, elle ne pouvait pas s'en servir ainsi, à tout bout de champs, sans considération et sans faire attention. Sa Sphère a été nommée ainsi car c'était la forme que l'Akuma utilisait le plus. Mais pour l'utiliser, c'était comme pour un muscle. Il fallait l'entraîner, s'en servir avec modération, apprendre à ne pas trop en faire. De plus, si elle la faisait fonctionner de trop nombreuses fois sur une personne, la Sphère perdait de sa puissance, et son effet hypnotique diminuait progressivement.
} Fini.



©️ Tonnerre de Silence / Ne pas Copier


Euh, j'ai changé de prénom en cours de route, alors désolée pour l'avatar. Je le mets à jour dès que je peux, promis.  


Dernière édition par Koyuki Sayuri le Mer 24 Juil - 16:12, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc de Jade
Admin
avatar

Age : 22

MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Lun 22 Juil - 20:53

Bonjour'soir ! Ravie de t'accueillir parmi nous, chère Koyuki ! N'hésite pas à poser des questions si tu en as ainsi qu'a faire un petit UP lorsque tu auras terminé cette jolie fiche !

A bientôt  Croquy'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koyuki Sayuri

avatar


MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Lun 22 Juil - 21:02

Bonsoir, cher Dragon. D'accord, merci à toi !
Euh, alors oui, j'ai une question. Puis-je être l'enfant d'un Yôkai Kitsune ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc de Jade
Admin
avatar

Age : 22

MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Lun 22 Juil - 22:24

Oui bien sûr, tu dois simplement montrer tes liens avec lui, plus ou moins proches, et de manière cohérente dans ta présentation :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koyuki Sayuri

avatar


MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Mar 23 Juil - 11:59

Ah mince, je comptais faire qu'elle ne connaissait rien à ses parents. /:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc de Jade
Admin
avatar

Age : 22

MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Mar 23 Juil - 12:35

Elle peut ne rien connaitre, mais nous, on doit le savoir  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koyuki Sayuri

avatar


MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Mar 23 Juil - 13:21

Ah oui, pas bête ! Désolée, j'suis trop habituée d'écrire que ce que mon protagoniste ne sait, étant donné que j'écris souvent à la première personne. x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koyuki Sayuri

avatar


MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Mer 24 Juil - 16:12

Et voilà, fiche finie ! Quelque chose qui ne va pas ? Dis le moi, j'arrangerais. c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âme Défunte
Admin
avatar

Age : 22

MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Jeu 25 Juil - 14:03

Aaaaaaah que c'était long ! C'est une présente fort honorable, et je te souhaite la bienvenue parmi nous en tant qu'Akuma et Membre à part entière ! N'hésite pas à poser des questions, jouer hors RP, parler du forum autour de toi, etc etc  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://temporialanarchyk.forumactif.org
Koyuki Sayuri

avatar


MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Jeu 25 Juil - 14:19

Désolée si j'en ai trop fait. D8
Mais quand y'a un minimum à faire, ça me fait toujours stresser alors du coup je me lâche. /o

D'accord, j'vais faire un peu de pub. c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âme Défunte
Admin
avatar

Age : 22

MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   Jeu 25 Juil - 14:19

Hahaha ce n'est rien : )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://temporialanarchyk.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Koyuki, la Kitsune à Neuf queues.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le renard à neuf queues
» Nouvelle pupille de naruto
» Kitsuné : l'esprit renard à neuf queues
» La légende à neuf queues : Feunard
» Kitsune (Luciole)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PEUPLES & Autres :: 
Présentation Du Personnage
-
Sauter vers: